Les modalités de l’entretien professionnel

Depuis la loi du 8 août 2016, un entretien professionnel doit être mis en œuvre dans toutes les entreprises quelle que soit leur taille et à l’égard de tous les salariés ayant au moins deux ans d’ancienneté, quel que soit leur statut.


La loi du 5 septembre 2018 est venue apporter quelques précisions sur ces entretiens. Découvrez-les ci-après point par point :

La périodicité des entretiens :

Concernant les perspectives d’évolutions professionnelles, un entretien professionnel doit avoir lieu tous les 2 ans. Sauf accord de branche modifiant cette périodicité.

De plus, un entretien « bilan » doit se dérouler tous les 6 ans. Cela permet de vérifier si le salarié a bénéficié d’actions particulières de formation, de progression salariale etc.

Pour quels salariés ?

L’entretien périodique tous les 2 ans concerne tous les salariés de toutes les entreprises à condition d’avoir au moins 2 ans d’ancienneté.

Il est également obligatoire de proposer cet entretien au salarié qui reprend son activité après une période de congé maternité, de congé parental d’éducation à temps plein, de congé de proche aidant, de congé sabbatique, de congé d’adoption, d’arrêt maladie de plus de 6 mois ou d’une période de mobilité volontaire.

L’entretien bilan tous les 6 ans concerne tous les salariés de toutes entreprises.

En quoi consistent ces entretiens ?

L’entretien tous les 2 ans consiste à échanger sur la qualification et l’emploi du salarié, son employabilité et une réflexion sur l’avenir professionnel (poste actuel et projet).

Il faut vérifier les trois éléments qui suivent :

  • Le suivi d’une action de formation,
  • La certification d’acquis ou VAE,
  • La progression salariale ou professionnelle.

Pour les entreprise de plus de 50 salariés : il faut vérifier que le salarié a bénéficié d’une action de formation non-obligatoire.

L’entretien professionnel ne correspond pas à l’entretien annuel.

L’obligation d’un écrit :

Pendant chaque entretien un écrit doit être rédigé dont une copie est adressée au salarié.

Il doit mentionner les éléments suivants : la date de l’entretien, la date des précédents entretiens, les actions de formations réalisées, les certifications d’acquis, la progression dont le salarié a bénéficié.

Quel objectif pour ces entretiens ?

L’idée principale est de susciter des projets de formation ou une volonté d’évolution des salariés coconstruit par l’entreprise et le salarié.

Cela permet également d’identifier les besoins de chacun des salariés.

Quelle sanction en l’absence d’entretien professionnel ?

Dans les entreprises d’au moins 50 salariés, l’employeur, s’il n’a pas respecté ses obligations légales, devra abonder le compte personnel de formation du salarié à hauteur de 3.000 €.

Il existe une période transitoire jusqu’au 31 décembre 2020 afin que les entreprises se mettent en conformité et évitent cette pénalité.

Pour conclure, l’entretien professionnel est un réel outil pour les ressources humaines :

  • Il permet de bien gérer les ressources humaines et limiter les contentieux.
  • L’écoute et l’échange au cœur de l’entretien permettent d’apporter un sentiment de satisfaction.
  • Enfin, cet entretien permet d’anticiper les éventuels contentieux. Ainsi, l’insuffisance professionnelle sera plus facile à justifier avec l’écrit de l’entretien. De même que la demande de rappel de salaire sera plus facilement rejetable.

En janvier prochain, Groupe Y Nexia et Acty organisent des formation sur l’entretien annuel d’évaluation et l’entretien professionnel.

Découvrez le programme ici.